Races et Peuples d'Avlägsen

Aller en bas

Races et Peuples d'Avlägsen

Message  Héphaistos le Mer 4 Avr - 23:16

Races et Peuples d'Avlägsen



Humains

De nombreux peuples humains se sont installés en Avlägsen au fil des âges, des autochtones Negnd aux tout derniers arrivants que sont les Francs, Burgondes, Alamans et Lombards, les migrations humaines en Avlägsen furent ainsi aussi nombreuses que diverses. Nous nous pencherons, dans cette partie, sur ces différents peuples.

Les Negnds (Prononcez Neguende)

Peuple autochtone d'Avlägsen, les Negnd vivaient il y a des millénaires de cela sur les côtes d'Arthénopée et dans le désert qui porte aujourd'hui encore leur nom. Peuples de nomades dresseurs de chameaux et de cavaliers intrépides, ils ont longuement partagé leurs terres avec diverses tribus d'orcs, et ont ainsi battit avec eux une solide alliance, allant parfois jusqu'à fusionner des tribus, voire des familles. On dit que le désert Negnd concentre la plus grande population de semi-orcs d'Avlägsen. Et c'est probablement vrai. Les Negnd sont ainsi des guerriers coriaces, mais aussi des commerçants avisés, et beaucoup des villes et avant-postes romains d'Arthénopée se reposaient sur eux pour effectuer le travail de caravaniers et s'assurer du bon approvisionnement des côtes d'Arthénopée.

Les Celtes

Les Celtes furent le tout premier peuple humain à venir s'installer partout ailleurs en Avlägsen, et principalement dans le nord du continent. Cette migration se produisit autour d'un millénaire avant la naissance de Jésus-Christ. Ils se divisent en trois familles :

- Les Celtes Drascutes (similaires aux cultures celtiques d'Autriche, de Hongrie et des Balkans), au départ les plus nombreux, et aujourd'hui sur le déclin, s'installèrent en Messenie, en Antanarie et en Trénéie.
- Les Celtes Cerviens (similaires aux cultures celtiques Bretonnes, Ecossaises et Irlandaises) s'installèrent dans l'Ouest d'Avlägsen, ou ils ne tardèrent pas à établir de puissantes confédérations tribales.
- Les Celtes Valiens (similaires aux cultures celtiques Gauloises et Belges) s'installèrent dans les grandes forêts du Val et sur les berges des rivières qui coulaient des montagnes de brume.

Quelque soit leurs familles toutefois, les Celtes arrivèrent en Avlägsen tout à fait pacifiquement, du moins pour les races elfes, naines et autres gnomes et halfelins. Ils trouvèrent alors des Royaumes elfes dispersés et très affaiblis, et des cités naines repliées sur elle-mêmes, tandis que partout, les orcs pullulaient sur le continent nomadisant comme ils l'entendaient et mettant à sac de nombreuses citées elfes et naines. Les Celtes se taillèrent donc des Royaumes et des territoires en donnant la chasse aux orcs, et en offrant leur protection aux elfes et aux nains. Progressivement, ils devinrent rapidement le peuple dominant d'Avlägsen, leur natalité étant bien plus haute que celle des elfes et des nains. Les orcs à cette époque étaient encore une société très égalitaire, et de nombreuses femelles choisissaient une vie similaire à celle des hommes, ce qui réduisait fortement leur natalité également. Et de ce fait, les celtes prirent l'ascendant. Nombre de guerres déchirèrent toutefois Avlägsen avant que les premiers royaumes celtes ne puissent vraiment se considérer comme stables.

Les Cimmériens d'Achérie

Achèr était un général d'origine Cimmérienne, qui œuvrait pour le compte de la Dynastie Perse des Achéménides à l'époque d'Alexandre le Grand. Homme de talent, officier de premier plan, il aurait probablement rendu la conquête Macédonienne impossible s'il s'était trouvé en Europe à cette époque. Mais, avides de conquêtes, les Achéménides l'envoyèrent en Avlägsen en 315 avant Jésus-Christ, à la tête d'une armée de cent mille hommes (disent les écrits. Comprendre surtout "Beaucoup"), avec pour mission d'y établir une satrapie impériale. Ce qu'Acher fit. Il lança son invasion depuis les monts Dernéens, et la trouée qui porte désormais son nom. Là, il rencontra les Nains de Kazamthang, confronté à une terrible guerre contre les Orcs Blancs. Il leur offrit son aide : des éléphants, d'innombrables légions d'immortels, des centaines d'archers et de cavaliers ... Les Nains acceptèrent, et l'armée d'Acher sécurisa cette espace sans aucune difficultés. Les nains étant peu intéressés par les vallées centrales de la trouée, ils les laissèrent à Acher et à son armée, qui fonda Acharia en 325 avant Jésus-Christ. Ainsi naquit l'Empire Acheride. Au départ strictement humain, mais solidement allié aux nains Kazamthangiens, il conquit de vastes territoires, poussant dans les steppes Ankardines, atteignant la trouée du Guevran et même, traversant le désert du Sud pour s'établir dans le Mersan. Progressivement, unes à unes, les cités Naines firent la démonstration de rejoindre, volontairement, ce puissant Empire. Les Achèrides, souverains successeurs d'Achèr (qui se considéraient désormais comme "Rois" vu que l'Empire Perse s'était effondré), devinrent ainsi le premier (et le seul) Empire qui promouvait, de manière égalitaire, deux races si différentes. Les Nains transformèrent ainsi la culture et l'art de la guerre Achèride. L'Empire s'étendait désormais aussi bien sur, que sous la terre, et son armée, qui reposait autrefois sur d'immenses bataillons d'esclaves, reposait désormais sur une phalange de guerriers nains d'élites, appuyés par une cavalerie de cataphractaire humains, d'éléphants de guerre, et de redoutables armes de siège ...

Les Grecs et les Romains

Les premiers Grecs arrivèrent en Avlägsen en 140 avant Jésus-Christ. Il s'agissait alors à cette époque d'une petite flotte d'une quinzaine de galères qui fuyaient la ville de Sparte dans le Péloponèse, alors que cette dernière était occupée par les Romains. Ils fondèrent la ville de Nova Sparta, et à compter de cet instant, reçurent une arrivée continue de nouveaux colons et réfugiés, fuyant la Grèce désormais Romaine, ou les territoires Séleucides en proie aux invasions Parthes. Les Grecs s'établirent dans toute la Mer Trénéenne, livrant régulièrement des guerres contre les Achèrides afin de sécuriser l'emplacement de leurs futures colonies. Ils fondèrent ainsi Palhènes, Dyrrachuse, Abydos et Venios. Mais ils poussèrent également jusqu'en Arthénopée, ou ils devinrent rapidement la population majoritaire, livrant toutefois d'incessantes guerres de brousse contre les Negnds.

Puis arrivèrent les Romains. En 125 après Jésus-Christ, quatre légions Romaines débarquent dans les îles de l'Océan du Tonnerre, puis poursuivent leur expédition jusqu'à prendre Palhène et Ravenelle. L'offensive Romaine est rapide ... dévastatrice pour les petits Royaumes qui se trouvaient là auparavant. Seuls les Achèrides leurs résistent un temps, mais ils sont rapidement repoussés vers l'intérieur de leur Empire, et forcés de se replier sur les montagnes brunes, le massif Drénéen et la trouée d'Achèr. Là, toutefois, ils se révèlent un roc incassable pour l'Empire Romain, qui s'échine dans des sièges interminables contre leurs cités enterrées (lesquelles sont en fait totalement imprenable sans un assaut très coûteux en hommes : elles disposent de fermes souterraines grâce à la technologie naine, qui les mettent donc à l'abri de la faim, et sont reliées entre elles par d'innombrables galeries creusées par les nains au fil des millénaires : bref, elles ne manqueront jamais de rien). Au terme de ce conflit, l'Empire se retire, mais il dispose en l'an 220, d'un gigantesque territoire qui s'étend de l'Arthenopée au désert du Sud, et de l'Etnolie à la Messenie (l'Antanarie, jugée trop sauvage et faiblement peuplée par les Romains, ne sera jamais conquise).

En un peu plus de deux siècles de présence, l'Empire n'a toutefois pas le temps de marquer outrageusement le paysage de sa présence. Il fonde quelques villes le long de grands fleuves, établi des avants postes militaires dans les montagnes, mais se repose essentiellement sur les infrastructures déjà construites par les Grecs dans la Mer Trénéenne. Si l'on devait parler de Romanisation en Avlägsen, c'est à l'Empire Palhénien, successeur de Rome, qu'il faut faire référence.

En effet : dans la décennie 360-370, suivant la crise du troisième siècle en Europe, et les difficultés économiques de l'Empire, ce dernier se retire d'Avlägsen et, bien qu'il n'ai pas abandonné officiellement le contrôle du continent (il envoie même les barbares Burgondes, Alamans et Lombards en Allegrenstein pour conquérir la province en son nom), il n'y a, factuellement, plus aucune présence militaire pour renforcer son autorité, aussi cette dernière se délite progressivement, et les grands propriétaires terriens, évêques et officiers vétérans de l'armée tendent à se comporter en roitelet sur leurs terres, développant déjà des relations de natures féodale entre eux.

Les Burgondes, Alamans et Lombards

En 385, l'Empire Romain entend se débarrasser des barbares qui pressent à ses portes, aussi offre-t-il à divers Rois issus de ces peuples une province : un mandat pour conquérir les vastes plaines qui constituent le bassin de la Durnale, l'autre grand fleuve d'Avlägsen. Ces Rois débarquent donc à la tête de petites armées en 390 après Jésus Christ à Ravenelle, et remontent le cour de l'Ibren. Ils établissent quelques Royaumes sur le chemin (notamment le Reges Antanaricum, fondé par Ur d'Antanarie en 400), mais poursuivent selon les plans prévus par Rome. Les Alamans s'établissent ainsi dans le Sud des plaines d'Allegrenstein, tandis que les Lombards fondent plusieurs villes qui deviendront, vers l'an mil, les fondatrices de la Ligue Ethyrnéenne. Enfin, les Burgondes s'établissent sur les rives de l'Océan de l'Orage. Ils ne parviendront toutefois jamais à défaire les Celtes Cerviens, qui établissent à peu prêt à la même époque, les bases de ce qui deviendra le Royaume de Gyndiwann. Au fil du temps, les Alamans, certes confrontés en permanence aux Orcs noirs de Travenscant, deviendront cependant la population majoritaire des différents burgravats, margravats et Ducatus d'Allegrenstein. Et en l'an 834, ils fonderont une confédération lâche de principautés féodales pour lutter contre les orcs et christianiser les celtes : le Saint-Royaume d'Allegrenstein.

C'est d'ailleurs vers 450 que les Alamans arrivent, pour la première fois devant Travenscant, et comprennent qu'ils ne pourront jamais sécuriser la montagne éponyme. L'antique cité naine de Travenscant est abandonnée depuis des millénaires. Pourtant, à l'approche de l'armée Alamane (comptant alors un peu moins de deux mille hommes), une gigantesque horde d'orcs se rassemble et attaque par surprise les troupes du Roi Tancred. Battu à plate couture par une armée cinq fois plus nombreuse, Tancred se replie à Stünster. Il souffrira, quinze années durant, d'incessants raids de cette armée avant que cette dernière ne se disperse du fait de l'animosité entre ses chefs.

Les Francs

Les Francs ne sont que les tout derniers arrivés d'une succession de vagues d'invasions ayant donc marqué l'histoire d'Avlägsen. Débarqués dans les îles du Dioclairien (qui s'appelaient alors Îles sous les vents), ils ont rapidement fondé un Royaume basé sur une confédération lâches de colonies semi-indépendantes et prospères, et se sont répandus dans le Val d'Ibren et sur les côtes du Dioclairien. C'est Dioclaire qui, le premier, unifia les guerriers francs sous sa bannière pour initier la conquête de la Messenie. Que cela ait fait partie de ses ambitions initiales ou qu'il s'agisse simplement d'un concours de circonstance lié à l'appel à l'aide de l'Archevêque de Ravenelle reste un fait connu de lui seul.

Les Elfes (Ou Dale dans leur langue)


Les Hauts Elfes (Ou Sine Dale dans leur langue)


Les Elfes des Bois (ou Wynel Dale dans leur langue)


Les Elfes blancs (ou Haes Dale dans leur langue)


Les Nains


Dromunkhandiens


Khazamthangiens


Irkgnthangiens


Les Halfelins de Pénirélie


Les Gnomes de Stromgard


Les Orcs


Les Orcs noirs de Travenscant


Les Orcs blancs des Steppes du nord (qui ne s'appellent pas encore Steppes Khergits)


Les Orcs bruns du désert du Negnd


Créatures des mythes et des légendes


Les Elfes noirs (Ou Drakha Dale dans la langue des elfes)


Les Nains noirs (Ou Majinkhand dans la langue des nains)


Les Skavens (Ou Hommes-rat pour le commun des mortels)


=> Non présents dans le Roman, mais présents partout ailleurs dans chaque édition de cet univers (pour votre information)

Les Saermens (ou Hommes Sauvages, ou Hommes bêtes pour le commun des mortels)


avatar
Héphaistos
Admin

Messages : 1546
Date d'inscription : 07/02/2012
Age : 28
Localisation : Standing here

Voir le profil de l'utilisateur http://ad1500.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum