Guerre du Val d'Ibren (507-509)

Aller en bas

Guerre du Val d'Ibren (507-509)

Message  Héphaistos le Lun 26 Mar - 12:40

Année 507 :

La guerre civile se réchauffe au Royaume de Marius cette année. En effet, les Comes Rébelles de Volrie déclarent, à la mi-février, qu'ils ne reconnaissent plus Marius comme leur Roi légitime, mais se tournent vers un seigneur plus à même de protéger la Messenie des envahisseurs : Dioclaire. Ils lui prêtent tous hommage et se constituent en "Ducatus Volrius", vassal du Royaume de Dioclaire. Puis, ils lèvent une grande armée pour marcher contre Marius au sud. Dans le même temps, une imposante armée Franque se réunit dans le Val d'Ibren Inférieur. Marius réagit aussitôt en mobilisant ses propres troupes, avec la ferme intention d'écraser rapidement la rébellion, puis de se retourner contre les francs. Ces derniers lèvent leurs forces, et traversent l'Ibren pour marcher vers le nord en longeant le fleuve et en évitant soigneusement les sièges et les combats. Toutefois, des bandes de pillards mettent à sac les provinces de Marius, et poussent même jusqu'à Sarléon. La ville n'est pas touchée, mais ses campagnes sont saccagées. Au Nord, les nouveaux vassaux de Dioclaire jouent à cache-cache avec l'Armée de Marius, qui refuse de s'engager dans la guerre de siège tant que l'ennemi n'aura pas été vaincu sur le champ de bataille. Au final, aucune grande bataille n'a été menée en 507, hormis quelques violents accrochages entre les deux grandes armées de Dioclaire et du Ducatus Volrius. Mais Marius n'est pas parvenu à empêcher aux deux armées franques de faire leur jonction, malgré une armée de plus de 10 000 hommes ...

Pillages des Dagwulfides : 1500 Deniers
Pillages des Arnhardides : 700 Deniers
Pillages des Dioclairiens : 1100 Deniers
Pillages des Rollonides : 1100 Deniers

Pertes du Ducatus Volrius : 675 Hommes libres, 83 Compagnons
Pertes du Royaume de Marius : 2 200 Hommes libres, 180 Compagnons
Pertes de Dioclaire : 140 Hommes libres, 15 Compagnons
Pertes des Arnhardides : 25 Hommes libres, 5 Compagnons
Pertes des Rollonides : 65 Hommes libres, 8 Compagnons
Pertes des Dagwulfides : 50 Hommes libres, 3 Compagnons

Année 508 :

Les Francs se mettent en mouvement cette année. Et ce, dès la fin de l'hiver. Alors qu'ils campaient de l'autre côté de l'Ibren pour préparer leurs offensives au coeur du Territoire de Marius, ils lancent une offensive délibérément provocatrice à l'encontre des troupes de Marius, qui campaient sur la Rive Est. L'Armée Franque semble ainsi souhaiter mettre les Romains en déroute en une seule bataille décisive, au niveau de la petite ville de Colonia Pontem Ibrenia. Marius, loin de refuser le combat, aligne donc ses forces afin de préparer la bataille. Au matin du quinze mars, lorsque les francs alignent leur mur de bouclier de l'autre côté de l'ensemble d'îles et de gués qui permettent de traverser la rivière à cet endroit, Marius a donc fait construire plusieurs postes fortifiés et barricades sur les dites-îles pour forcer les francs à combattre ardemment pour chaque île. Le combat commence par une charge de l'infanterie lourde franque, bien disciplinée, qui attaque les premières lignes de fortifications Romaines en reformant leurs murs de boucliers à chaque volée de flèches. Les premiers forts sont ainsi franchis et pris avec des pertes relativement légères dans les troupes franques. Toutefois, avant qu'ils ne soient vraiment solidement positionnés en défense, les troupes de Marius contre-attaque à l'aide d'une imposante offensive de légionnaires visant à écraser cette première vague. Les francs tiennent bon, mais les pertes sont lourdes, et Dioclaire doit déployer une seconde ligne pour consolider sa position. L'offensive se poursuit toutefois. La seconde ligne de fortification tombe ainsi dans la soirée, et pendant toute la nuit, les deux armées se font face à quelques dizaines de mètres, séparées uniquement par un petit cours d'eau et un gué. Elles se harcèlent pendant toute la nuit, les francs lançant des coups de mains sur les arrières des troupes Romaines, et les Romains bombardant les lignes franques. Au petit matin toutefois, Marius se rend à l'évidence, et considère sa position comme intenable. Il bat en retraite sur sa quatrième ligne de fort, la dernière avant d'atteindre l'autre rive de l'Ibren. Les francs occupent donc ses anciennes positions sans combat, et attendent la moitié de la journée, avant de lancer un nouvel assaut qui comprend à la fois une charge d'infanterie lourde au niveau des gués, et l'approche de radeaux transportant des mantelets et des archers sur la rivière. La quatrième ligne de fort tombe après d'âpres combats, et Marius comprend qu'il ne pourra pas retenir les francs sur l'Ibren. Les restes de son armée battent en retraite.

Plusieurs échauffourées ont ensuite lieu pendant tout le printemps et l'été, alors que les francs se répandent à travers les provinces Romaines. Au final, lorsque vient l'hiver, ils sont aux portes de Sarléon, et Marius s'enferme dans la ville pour préparer sa défense. Toutefois, il sait que les raids francs dans la campagne ne lui ont pas laissé beaucoup de vivres. Il devra confronter les Francs en terrain découvert, une fois de plus, avant d'envisager de se retirer dans Sarléon, car sans cela, sa garnison sera bien trop nombreuse pour les réserves de nourriture de la ville ...


Pertes du Ducatus Volrius : 1 145 Hommes libres, 137 Compagnons
Pertes du Royaume de Marius : 4 400 Hommes libres, 360 Compagnons
Pertes de Dioclaire : 765 Hommes libres, 80 Compagnons
Pertes des Arnhardides : 205 Hommes libres, 44 Compagnons
Pertes des Rollonides : 325 Hommes libres, 30 Compagnons
Pertes des Dagwulfides : 260 Hommes libres

Année 509 :

Les Francs, qui ont hiverné sur l'arrière de leur lignes dans le val d'Ibren, se redéploient maintenant pour venir assiéger Sarléon. Ils atteignent la ville à la fin mars, et y trouvent l'armée de Marius, qui a choisi de les provoquer juste devant ses portes : l'ensemble des archers romains sont placés sur les remparts quand l'infanterie se trouve devant les portes, et forme une solide ligne de défense. Les bombardements incessant des archers forcent ainsi les francs à lancer de grandes offensives militaires contre le bloc de la phalange romaine. En dépit de leur infériorité, les Romains tiennent bon, et les troupes Franques subissent des pertes sévères. Pour repousser l'armée d'invasion Marius décide donc finalement de charger personnellement dans la bataille à l'aide d'une force de la cavalerie Cataphractaire palatine. Hélas, après de nombreux succès initiaux, ayant contraint l'armée franque à la retraite, Dioclaire lui-même charge à son tour entouré de ses compagnons, et confronte la cavalerie palatine. Marius est, au final, tué pendant le combat, entraînant aussitôt la reddition de sa cité, et de son Royaume.

Je considère qu'au vu de leurs pertes tout au long de cette guerre, Rollonides, Arnhardides et Dagwulfides sont restés en retrait sur cette bataille.

Pertes du Ducatus Volrius : 100 Compagnons, 950 Hommes libres
Pertes du Royaume de Marius : 130 Compagnons, 1325 Hommes libres
Pertes de Dioclaire : 20 Compagnons, 500 Hommes libres
avatar
Héphaistos
Admin

Messages : 1546
Date d'inscription : 07/02/2012
Age : 28
Localisation : Standing here

Voir le profil de l'utilisateur http://ad1500.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum