A l'Ombre du Mur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

A l'Ombre du Mur

Message  Ordre d'Airain le Ven 10 Fév - 22:53


[Marchand Drow]« A travers tout Tanardan il n'y a de blason plus mécompris que le notre. »
[Conseiller Drow]« A travers tout Tanardan l'on nous prend pour des monstres. »
[Veilleur Drow]« A travers tout Tanardan l'on jalouse se qui se cache derrière notre mur. »
[Intendant Drow]« Derrière ce qu'il reste de notre mur ! La forteresse d'Eldorn n'est plus qu'un tas de ruines ! »
[Garde de l'assemblée]« C'est vrai ! Le mur qui nous donne notre nom possède plus d'entrées que les maisons closes ! »

Un brouhaha de critiques et de remarques en tout genre, voilà le quotidien d'une réunion des conseillers de l'ordre d'Airain. La Maîtresse du Mur, seigneur d'Airain, tiens sa tête dans ses mains tandis que certains Drows âgés de plusieurs siècles se chamaillent pour décider de ce qui doit être fait demain. Certains veulent s'ouvrir d'un seul coup, d'autres veulent se renfermer encore plus, d'autres veulent rebâtir l'immense mur qui faisait autrefois la fierté de l'ordre.

Les conseillers les plus proches de la jeune souveraine ne savent que dire en voyant l'assemblée déchirée ainsi. C'est une première dans l'histoire de cet ordre millénaire, jamais un tel chaos n'avait régné en ces murs. Pourtant il était difficile de donner tord à un seul d'entre eux, tel était le premier ennemi de la Souveraine d'Airain. Son regard balaya finalement la salle. Elle réfléchit tandis qu'eux l'imploraient de choisir leur voie.

S'ouvrir était dans les idées de la jeune Drow depuis longtemps, se faire comprendre et briser la réputation suivant les gardiens depuis toujours étant un rêve. Mais l'on ne pouvait nier que dehors nombre désirent voir de leurs yeux le lieu sacré que protègent les membres de l'Ordre. Le protéger est l'un des premiers devoirs de l'ordre et nul ne saurait y échapper en ces terres. Mais comment protéger un tel lieu lorsque l'ouvrage destiné à le protéger est aussi simple à passer que n'importe quel autre banalité ?

Comment se nommer ordre militaire et protecteur lorsque l'on peut à peine se battre et à peine bâtir ? Personne ne pouvait avoir la réponse à ceci, surtout en ces lieux. Eloir restait plongée dans sa réflexion, devant elle l'assemblée continuait de s'énerver. Certains lui reprochaient d'être trop jeune et qu'elle devait abandonner son poste, d'autres reprochaient à ses conseillers leur nature passive dans une situation comme celle-ci. Tandis que les cris gagnaient la salle la voie habituellement enjouée de la souveraine d'Airain se fit entendre dans l'enceinte de la salle.

[Eloir]« Aucun Honneur et Aucune Gloire ne me gagnera. »

Les cris diminuèrent, des interrogations naquirent tandis que la jeune dirigeante relevait la tête pour faire face à ces hommes et ces femmes qui voulaient la voir bouger et agir en bonne souveraine. Eloir prit une puissante inspiration et se redressa sur le siège qui – autrefois – fut un trône.

[Eloir]« Je ne chercherais ni l'argent ni le pouvoir. »

L'assemblée se tue, se demandant où voulait en venir la jeune femme, à réciter des vœux qu'ils connaissaient tous par cœur. Un serment de fidélité et de loyauté envers un ordre qu'ils considéraient tous comme sacré. Si des voix s'élèvent aucun n'a jamais réellement envisager la révolte, pas en connaissant le code de vie régissant l'Ordre d'Airain.


[1er Conseiller]« Jusqu'à la fin je remplirai mon devoir. »


La voix du premier conseiller s'éleva à son tour, comme pour prendre la relève de la jeune femme tentant de faire passer un message à une assemblée doutant de ses capacités et de sa légitimité à diriger un ordre qu'elle ne connaissait que depuis une quarantaine d'années. Malgré cela, dans cette assemblée une troisième voix s'éleva.

[Garde de l'assemblée]« Je serais un rempart jusqu'à mon trépas. »
[1er Conseiller]« Je suis membre de l'Ordre d'Airain. »
[Eloir]« Je fais parti du Mur d'Airain. »

Eloir se leva tandis que plusieurs membres de l'ordre répondait, donnant à chaque fois le vers suivant de ce code régissant leur vie. La souveraine d'Airain avait un large sourire aux lèvres en entendant ceux sous ses ordres répondre à son appel. Finalement la salle entière se joignit à son appel et elle continua aussi.

[Tous]« A l'ordre je défie ma vie. »
[Tous]« A l'Unique je dédie ma mort. »
[Tous]« Mon dernier sommeil sera mon seul répit. »
[Tous]« Puisse l'Unique décider de mon sort. »


Puis de nouveau le silence gagna la pièce, plus aucune voix ne s'élevait, la jeune souveraine fit quelques pas face aux personnes qu'elle gouvernait avec pour seule arme, un sourire joyeux, avec celui-ci elle devait affronter craintes et préjugés, aujourd'hui elle mènerait une bataille contre eux qu'elle ne pouvait perdre, pas aujourd'hui, pas ici.

[Eloir]« Je vois dans cette salle une peur de demain, une peur de ce qui pourrait arriver. Je vous vois hésiter sur la voix à emprunter, chaque chemin parait encore plus sombre qu'hier. Mais je ne peux vous blâmer pour cela, personne ne le peut. Vous avez raison, chacun sur votre sujet. Nous devons protéger le sanctuaire, c'est notre devoir sacré. Mais nous devons aussi affronter le mal en Tanardan, qu'importe où il se loge. Nous ne pouvons rester enfermer à craindre demain, nous devons savoir ce qui arrivera demain et être prêt à y faire face. Les pierres de notre murs sont devenues grises avec le temps, de nombreuses portes se sont creusées. Il est de notre devoir d'y faire face. Il est de mon devoir de rebâtir la forteresse d'Eldorn. Et je m'engage à la faire. Cela ne sera pas fait en une semaine. Des années, des décennies, des siècles même, mais un jour il retrouvera sa beauté d’antan. Mais aujourd'hui nous ne pouvons plus rester terrer comme des bêtes, à attendre demain en espérant que personne n'attaque nos terres et ne viole notre sanctuaire. Notre ordre est peuplé de combattants d'excellence, de soldats parmi les soldats. Chacun d'entre eux connaît son devoir. Chacun d'entre eux sait pourquoi il a une arme. Mais aujourd'hui plus personne ne la porte, il n'y a plus de gardien sur le mur. Je veux remédier à cela ! Pour la protection de notre Ordre, ainsi que son devoir sacré, je demande aujourd'hui, à tous et à toutes, de penser à ceci : demain sera plus sombre qu'hier, il nous faut des gardiens pour voir arriver ces ombres. Au nom de l'Unique, je déclare demander à nos meilleurs soldats de se montrer, à ceux désireux de protéger l'ordre de se dresser ! Je veux voir des noms anciens ressortir. La Compagnie de Pierre-Rouge, la Compagnie Noire ! Je veux voir une fois encore leurs bannières flottant au vent, avec sous les drapeaux un capitaine et ses hommes, veillant sur notre héritage et formant celui de nos enfants ! Que l'on dise dans toutes les terres de l'ordre ceci : la Couronne d'Airain ne rouillera pas, à tous ceux avec le courage de se battre pour l'unique, il y a des places pour vous dans le corps combattant de l'ordre ! »

Il y eut des applaudissements et de l'étonnement, qui se serait douté que la petite fille joyeuse qu'était Eloir cachait une dévotion aussi grande envers l'ordre, c'est un sourire franc au visage que la jeune femme s'avança au milieu de l'assemblée, puis quitta la salle bientôt imitée par une foule de guerriers et de marchands en quête d'un futur. Les mots de la jeune souveraine d'Airain se rependirent rapidement, des Drows accourant sous les deux anciennes bannières pour servir l'Ordre par le plus noble des métier : garde.

Spoiler:
Recrutement de deux compagnies de Gardes du Mur


Dernière édition par Ordre d'Airain le Ven 10 Fév - 23:05, édité 1 fois
avatar
Ordre d'Airain

Messages : 89
Date d'inscription : 14/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'Ombre du Mur

Message  Ordre d'Airain le Ven 10 Fév - 22:59


La jeune souveraine d'Airain sentait autour d'elle un enthousiasme naissant pour ses actes, peut-être était-ce là de poursuivre son effort plus loin, de profiter du patriotisme, si l'on peut l'appeler ainsi, renaissant, pour effectuer ce qu'il fallait afin de protéger l'ordre et de l'ouvrir à l'extérieur. Eloir fit quelques pas au milieu des hommes et des femmes s'agitant, un Drow plus âgé, dans une tenue sombre, vint se positionner devant elle et mit genou à terre.

[Capitaine des Rangers]« Votre Seigneurie. Je suis là pour vous faire une demande. »
[Eloir]« Faites, je vous répondrai du mieux que je le peux. »
[Capitaine des Rangers]« Mon père, et son père avant lui ont combattu pour le Mur. Je n'ai jamais eu le même devoir qu'eux votre seigneurie, je suis devenu chasseur lorsque mon père aspirait à me voir reprendre son rôle. »
[Eloir]« Quel était donc ce rôle ? »
[Capitaine des Rangers]« Mon père était Capitaine d'une compagnie de rangers Noirs votre seigneurie, les meilleurs archers de l'ordre. Vous voulez raviver une flamme éteinte depuis longtemps, je vous en suis reconnaissant, mais puis-je vous demander d'ouvrir à nouveau la noble tâche que de protéger les alentours du mur à ceux souhaitant se battre et chasser ? »

Un sourire amical apparut sur les lèvres de la Drow tandis qu'elle faisait face au fils de ranger. Elle acquiesça, les Rangers Noirs avaient disparut durant le règne d'Ylman, il y a 600 ans, car il doutait de l'utilité de guerriers hors du mur. Aujourd'hui ils allaient pouvoir revenir au goût du jour, Eloir accepta la demande sans plus d'hésitation, il y avait un grand avenir pour une compagnie qui, désormais, pourrait agir au delà du mur.

Qui de mieux placé pour guider ces troupes à la victoire que le fils du dernier capitaine en date ? Le choix de la souveraine d'Airain ne se fit pas attendre plus, elle accorda au Drow le droit de reprendre l'uniforme de son père et de déterrer sa bannière, une compagnie de rangers jailliraient du passé, ils combattraient pour le mur et protégeraient son trésor, qu'importe le prix. Le Drow arbora un sourire heureux tandis que la jeune Elfe prenait la parole.

[Eloir]« Je pense que vous serez un capitaine comme nul autre, vous qui avez prit l'initiative de reforme ce corps ancien. Je vous laisse la bannière, ainsi que la capitainerie de la compagnie. Souhaitez-vous la nommer de vous-même ? »
[Capitaine des Rangers]« Si cela est possible votre seigneurie, j'aimerais retrouver le nom que, jadis, mon père donna à sa compagnie. »
[Eloir]« Nommez-le, et il sera votre. »
[Capitaine des Rangers]« La Compagnie de Croc-Rouge. »
[Eloir]« Ainsi soit-il, trouvez votre bannière et vos hommes capitaines, vous voilà désormais Ranger Noir. »

Après un échange de regards le Drow se releva, visiblement heureux du dénouement de la chose. Eloir s'avança encore un peu plus. Certains prenaient déjà les armes, pour les Gardes ou les Rangers, mais au moins les prenaient-ils. Ils avaient eu foi en elle ici, espérons simplement qu'ils aient toujours foi demain.

Spoiler:
Recrutement d'une compagnie de Rangers Noirs
avatar
Ordre d'Airain

Messages : 89
Date d'inscription : 14/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'Ombre du Mur

Message  Ordre d'Airain le Ven 10 Fév - 23:36

Un mois. Un long mois. C'est le temps que mirent les trois compagnies à se remplir. Qui l'eut cru. Qui eut imaginé que cela prendrait autant de temps, certainement pas la jeune souveraine, pas après l'entrain qu'elle avait vu à la sortie de l'assemblée. Les rangers Noirs furent bien entendu les premiers à être plein, c'est un métier noble et attrayant, néanmoins le recrutement était difficile, le maniement de l'arc n'était pas une chose aisée.

Mais aujourd'hui Eloir pouvait enfin contemplée une armée de l'ordre. Depuis des années maintenant l'ordre n'avait plus de troupes professionnels, se contentant de quelques veilleurs sur le mur pour toute sécurité. Voici bien une chose qu'Eloir reprochait à son prédécesseur : dans son envie d'ouverture il avait rendu l'ordre vulnérable aux incursions ennemies, mais aujourd'hui cela allait changer, à jamais l'espérait-elle.

3 Compagnies... 144 soldats, bien peu en comparaison de certaines armées existant en Tanardan. Mais pour les Drows aucun ne pouvaient se mesurer à eux sur le champ de batailles, ils combattaient de leur naissance à leur mort, la guerre était une matière qui leur était enseigné et à laquelle ils excellaient, presqu'autant que la foi envers l'unique. Le regard de la souveraine d'Ainrain s'arrêta sur celui qu'elle avait nommé capitaine des rangers noirs il y a encore peu.

Elle avait désormais sous ses ordres ses soldats, mais elle devait encore se montrer digne de les mener. Si Eloir ne doutait pas de ses talents lame en main elle faisait bien pâle figure entre ces armures à lames et les tuniques de cuir parfaites des rangers. SI elle était là, devant eux, aujourd'hui, c'était pour montrer le côté symbolique de ce qui allait suivre. Une fois qu'elle eut finit d'inspecter les trois compagnies la jeune souveraine se plaça sur une dalle un peu plus haute, leva le menton et écarta les bras.

Elle prit une profonde inspiration tandis qu'un homme s'approchait, plastron d'un harnois en main. Les yeux des soldats se fixèrent sur la pièce d'armure. Elle reluisait comme si c'était le premier jour qu'elle fut portée, pourtant ils ne s'y trompaient pas : cette armure était dessinée sur les restes de grande salle du Mur. C'était l'armure d'Airain, celle d'Eldorn. Les regards se posèrent ensuite sur les jambières, puis sur les brassards, puis sur le bouclier.

Eloir se saisit du bouclier avec une certaine difficulté, elle qui n'était pas habituée aux armures lourdes avait un certain changement. Elle qui, d'ordinaire, se couvrait de cuir pour se mouvoir aisémment, avait un sacré défi à relever à porter cette armure légendaire pour son peuple. Mais l'armure n'était qu'un premier pas. Le 1er Conseiller Drow s'approcha, un linge dans les mains, couvrant un long objet.

[Premier Conseiller]« Puisse l'Unique bénir ce jour. Puisse Eldorn voir cet instant. Car aujourd'hui, ici et maintenant, la vieille lame quittera son sommeil pour retrouver la voie du jour. Aujourd'hui, ici et maintenant, je vous donne, Eloir Eldan, le droit de porter une lame qui trop longtemps fut oubliée. Dégainez là, sentez le poids de votre héritage et la force de votre foi : Brandissez Percenoir, la lame d'Airain ! »


D'un geste de la main Eloir arracha la lame de son fourreau, révélant une lame aux teintes orangées, forgées dans un ancien minerai donc l'ordre semble avoir perdu toute trace. Cette arme ancienne et cette armure ancienne sont celles qui, autrefois, servirent au premier seigneur à protéger le sanctuaire, aujourd'hui, une fois de plus, un seigneur d'Airain les maniera pour remplir son devoir et mener l'ordre dans sa quête de foi.

[Tous]« Usque In Finem ! »

La devise de l'ordre retentit toujours plus forte tandis que la Drow regardait son épée, l'air émerveillée devant ce qu'elle tenait en main.

Spoiler:
Achat d'une épée bâtarde héroique, d'un grand écu héroique, d'un harnois héroique.
avatar
Ordre d'Airain

Messages : 89
Date d'inscription : 14/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'Ombre du Mur

Message  Ordre d'Airain le Dim 12 Fév - 19:23

Le mur gardait toujours un air impressionnant, malgré son état et le nombre de fois où l'on y passe. Encore plus là qu'elle revenait de dehors. La Dame d'Airain posa son regard sur la vieille forteresse en ruine, heureuse d'être rentrée à la maison. Derrière elle les rangers noirs allaient se reposer, ou rassembler des artisans volontaires pour demain. La nuit serait courte, aucun doute là-dessus. Mais c'était un mal nécessaire pour briser cette réputation collant à la peau des Drows, pour que le monde extérieur ne les voit plus comme le mal incarné.

Durant cette journée bien replie la jeune souveraine avait eu une idée, une idée qu'elle considérait comme osée, mais néanmoins une idée. Aujourd'hui et demain le temps manquait sérieusement. Les rangers était l'élite, mais ils restaient de l'infanterie, leurs pas étaient lents et ils ne pouvaient tenir une longue distance trop rapidement, ils restaient limités par leur condition elfique. C'est pour cela que la jeune souveraine reconsidéra la position de ses prédécesseurs à ne pas doter le mur de cavalerie.

Pour eux le mur était une forteresse à protéger, de la cavalerie n'est pas l'unité idéale pour protéger une forteresse. L'on ne pouvait pas leur donner tord, qui voudrait d'un cheval lorsque la bataille se contente d'être des hommes tenant une muraille et tirant sans cesse sur ceux en bas. Pourtant, pour s'ouvrir, l'ordre devrait changer. Et aujourd'hui plus que jamais la jeune souveraine comprenait l'utilité d'unités montées.

[Eloir]« Monsieur le premier conseiller ? »
[Premier conseiller]« Votre seigneurie ? Que faites vous là ? Déjà revenue ? »
[Eloir]« Oui, nous passons prendre quelques ressources pour un accord avec les humains, je vous expliquerai tout en temps et en heure, mais j'aurais quelque chose à vous demander. »
[Premier conseiller]« Bien sur, ce que vous voudrez, mais entrez, discutions ici. »

Eloir acquiesça tandis que le vieil elfe ouvrait grand sa porte pour laisser rentrer la souveraine. Celle-ci portait encore son armure de couleur bronze, malgré le repos qu'elle était supposée prendre. Le conseiller se demandait à l'instant pour quelle raison saugrenue elle venait le réveiller alors qu'elle ferait mieux de se reposer. Il referma la porte derrière elle et s'y adossa avant de prendre la parole.

[Premier conseiller]« Votre seigneurie, que puis-je donc pour vous ? »
[Eloir]« Voilà, je vais vous passer les détails, néanmoins la journée a eu le mérite de montrer que nos jambes ont une limite, nous avons était jusqu'au village humain, puis jusqu'aux bois sombres avant de revenir, demain sera tout aussi difficile. Mais malgré tout nous aurons du mal à courir ainsi indéfiniment avec peu de repos. Pour cela que je songe à reconsidérer l'idée de former une unité montée. »
[Premier conseiller]« Mais enfin votre seigneurie, tous vos prédécesseurs se sont toujours opposés à cette idée ils... »
[Eloir]« Ils ne se sont jamais ouverts au monde extérieur premier conseiller. Au délà du mur le monde est vaste, il faut bien plus que deux jambes et du courage pour l'arpenter, des destriers nous faciliteraient bien la tâche, même s'ils sont peu nombreux. »
[Premier conseiller]« Je comprends, mais former de la chevalerie sera difficile, et long, nos hommes n'y sont pas habitués. »
[Eloir]« Je ne veux pas d'une cavalerie bruyante et lourde comme les hommes se plaisent à admirer, je veux une cavalerie légère, rapide et polyvalente. Voici ce que je voudrais que vous fassiez. Rassemblez une compagnie de volontaires pour ceci, donnez leurs des javelines, une épée, une armure légère et un bouclier, apprenez leurs à les utiliser à cheval, à se déplacer vite et frapper encore plus vite. Trouver les volontaires parmi les gardes du mur s'il le faut, certains souhaitent quitter leur rôle de gardes mais ne peuvent intégrer les rangers noirs, donnaient leur l'opportunité de quitter le mur en échange d'un cheval. Prenez le temps qu'il faudra pour les trouver, mais une fois ceci fait, si je ne suis rentré, envoyez les moi. Pouvez faire cela pour moi monsieur le premier conseiller ? »
[Premier conseiller]« Je le peux votre seigneurie, bien que je ne suis pas certain que tous accueillent la nouvelle comme moi. »
[Eloir]« Qu'ils l’accueillent comme ils veulent, ceci est un ordre de la Dame d'Airain. Sur ce je ne vous dérangerez pas plus, je vais aller prendre un peu de repos avec de quitter à nouveau le mur, pour finir ce que l'on a commencé hier. »

Eloir salua le conseiller puis quitta sa loge, elle se rendit à la sienne et défit négligemment l'armure antique, pour s'affaler dans son lit jusqu'à ce que les premiers rayons de soleil lui donnent l'ordre de se lever pour continuer son œuvre.

Spoiler:
[HRP : Recrutement d'une unité de tirailleurs montés.]
avatar
Ordre d'Airain

Messages : 89
Date d'inscription : 14/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'Ombre du Mur

Message  Ordre d'Airain le Mer 15 Fév - 18:41

Ce jour ci une forte brise soufflait sur le mur. Le Sergent Fazz des Gardes du Mur était responsable de la surveillance du tas de ruine servant de château à l'ordre, avec lui l'on pouvait compter 12 soldats en arme, répartis sur un territoire bien trop grand pour eux. Malgré tout ils étaient bien à leur poste, attendant des ordres ou bien un événement pour lever la tête vers les terres extérieures. Le petit groupe de soldats ne représentant qu'un quart de la compagnie, une section.

L'Armée du Mur s'organise de manière plutôt classique. Tout d'abord en tête l'on trouve le Seigneur ou la Dame d'Airain, maître(sse) des armées et de l'ordre en lui-même. Le seigneur possède une autorité totale sur le reste de l'armée. Juste en-dessous se trouve le Chevalier d'Airain, titre accordé au meilleur guerrier de l'ordre et capitaine de la garde. Au même niveau l'on trouve le Premier Conseiller, responsable de l'intendance du Mur et nommé comme Commandant d'Honneur de le Garde.

Puis viennent les capitaines, dont le nombre a varié avec le temps. A son apogée l'ordre comptait 50 Capitaines, sous le premier Seigneur d'Airain l'armée fut la plus nombreuse, mais avec le temps cela n'a fait que décliné, pour finalement compter zéro capitaines sous la fin du règne du troisième seigneur d'Airain. Depuis Ylmar, le second seigneur d'Airain, les capitaines se réunissent pour former le concile de Capitainerie, équivalent d'un état major dans les royaumes.

Chaque Capitaine dirige une compagnie, et exerce sa capitainerie tant que le seigneur d'Airain ne décide pas de leur révoquer le titre. En effet si les Capitaines sont moins gradés que le Chevalier d'Airain ou le Premier Conseiller ils sont néanmoins libre de la gestion de leur compagnie et ne peuvent être démis que par le Seigneur lui-même. Dans chaque compagnie l'on trouve ensuite 4 sections de 12 hommes, ainsi que trois sergents. La 1er section étant, par habitude, dirigée par le capitaine personnellement. Les Sergents sont les premiers rangs gradés. L'indépendance des compagnies dans l'ordre est garantie par un respect de la hiérarchie directe, un capitaine ne pouvant commander une autre compagnie et un sergent une autre section.

Le Sergent Fazz, comme ses semblables, n'agissait ainsi que dans sa compagnie, et bien souvent juste dans sa section. Fazz est un vétéran, un vieux de la vieille pour certains. Âgé de 900 ans le vieil Elfe a combattu sous Ylman Mars et est considéré comme le plus ancien soldat de l'ordre, à raison. Pourtant il est loin d'être le plus strict. Lorsqu'il est responsable du mur les soldats sont détendus, bien souvent occupés à autre chose que surveiller l'horizon. Il avance que si jamais en 900 ans il n'a vu d'étranger ça ne commencera pas maintenant.

Dans une vieille salle des gardes depuis laquelle ils observent l'extérieur du Mur sa section attend donc patiemment, s'occupant avec des jeux de cartes, que la prochaine troupe les relèvent. Quelques pas raisonnent bientôt dans le couloir, quelqu'un approchant de la zone. Fazz se leva, laissant ses hommes jouer et accueillit à l'entrée cette personne. Il s'immobilise en la voyant, ses hommes se dressent. La Dame d'Airain en personne vient dans leur salle délabrée.

[Eloir]« Et bien, la garde se passe bien ? »

[Sergent Fazz]« Votre seigneurie... Je... Que pouvons-nous faire pour vous ? »
[Eloir]« Pas grand chose, ne vous inquiétez pas, je passe aux nouvelles, à ce que je vois il n'y a pas de danger qui pèse sur le mur, à moins que vous ne soyez pas capable de le voir arriver depuis cette salle unique... »
[Sergent Fazz]« Sauf votre respect votre seigneurie, je surveille ce mur depuis 900 ans, jamais personne n'a voulu l'attaquer. Qui plus est... »
[Eloir]« Depuis 900 ans vous aviez d'autres seigneurs que moi. Et pourtant je suis là. Le monde change sergent. »
[Sergent Fazz]« Qui plus est, une section ne suffirait jamais à surveiller le mur tout entier ! »
[Eloir]« Pourquoi ne pas demander à votre capitaine une seconde section alors ? »
[Sergent Fazz]« Avec les affectations de chacun il ne peut pas, une section reste en repos, une au mur, une au baraquement et la dernière devant la salle gravée votre Seigneurie, nous n'avons pas d'effectif à laisser de côté. »
[Eloir]« Je vois votre problème, toujours est-il que d'ici vous n'allez pas surveiller beaucoup. »
[Sergent Fazz]« Cette salle permet de voir depuis le centre jusqu'à l'extérmité Nord du Mur, l'Est est bouchée par la Tour des Rangers. Mais d'ici l'on peut voir la Ferme des Quatre Foudres. Et d'ici l'on ne peut pas, à 12 voir tout le territoire devant nous. »
[Eloir]« … Je vois, et combien d'hommes voudriez vous donc pour pouvoir garder le mur entier ? »
[Sergent Fazz]« 24 ? 36 ? 48 ? Je doute fort que cela soit assez madame. Quand j'ai pris mon service il y a 800 ans il restait 37 capitaine dans l'ordre. Sur les 37, 7 surveillaient en permanence le Mur, 7 compagnie entières. Je doute fort que vous puissiez trouver autant d'hommes votre Seigneurie. Notre Ordre manque cruellement de troupes. »
[Eloir]« Hélas vous avez raison Sergent. Mais tout de même, surveillez plus attentivement que depuis le fond de votre choppe. De mon côté je vais faire ce que je peux pour augmenter vos effectifs. »

Le Sergent et ses hommes saluèrent la souveraine qui s'en repartait. Rapidement plusieurs soldats se mirent au travail, laissant Fazz et un homme jouer tranquillement autour de deux choppes, décidant de se relayer pour garder la salle des gardes. Eloir quitta la vieille tour avec l'idée d'augmenter le nombre de soldats pour les Gardes du Mur, tenant sa promesse d'augmenter les effectifs et de ne pas laisser vulnérable l'ordre. Pour le mur et ses environs... Doubler les effectifs. Cela devrait déjà aider un peu. Deux compagnies pour le mur, une pour les terres alentours et une en réserve, de quoi déjà diminuer la quantité de travail pour la Garde.

Spoiler:
[HRP : Recrutement de 2 Compagnies de Gardes du Mur.]
avatar
Ordre d'Airain

Messages : 89
Date d'inscription : 14/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A l'Ombre du Mur

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum