Partie VI - Règles annexes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Partie VI - Règles annexes

Message  Héphaistos le Mer 8 Fév - 11:05

Rôle du Maître du jeu

Bien que restant un Wargame, Thrones of Tanardan est un jeu de rôle avant tout, fondé sur l’interprétation littéraire, et donc sur l’écriture. A partir de là, le maître du jeu n’a en aucun cas ici vocation à tenir un compte de vos statistiques et de vos ressources, et ces dernières reposent exclusivement sur vous-même. Le Maitre du Jeu pourra, une fois de temps en temps, faire une vérification de vos comptes (d’où l’intérêt d’avoir une traçabilité de ces derniers). Mais ce n’est pas sa mission première.

Le MJ est ici présent pour incarner le joueur univers lors des évènements, et servir de médiateur du RP lors des combats entre joueurs. C’est-à-dire qu’il sert avant tout à jeter des dés. Ses posts ne sont jamais RP non plus, sauf s’il doit préciser une information qui ne dépend pas de jets de dés.
De la question du temps

L’écoulement du temps sur Thrones of Tanardan n’est pas absolu : il est relatif. De base, un tour de jeu correspond à six mois InGame et dure deux jours IRL. Cependant, dans un jeu ou les batailles se déroulent de manière RP, il est probable que ces dernières s’étendent sur plusieurs semaines IRL. Nous n’arrêterons pas l’écoulement du temps en fonction du déroulement d’une bataille. Elle se poursuit parallèlement à l’écoulement normal du temps, et ses effets sur le monde sont calculés au Tour ou elle prend fin.

Si un héros devait mourir de causes naturelles pendant l’écoulement d’une bataille ou il est engagé, il reste dans cette bataille jusqu’à sa fin, et disparaitra lorsque le combat prendra fin. Sauf si sa mort intervient lors d’un siège : on notera alors la date de la mort du héros pendant la campagne, et si les joueurs passent des tours de campagne pendant le siège, la mort du héros, dans la bataille interviendra à la même date que sa mort sur la carte de campagne.
Le Roleplay

Le Roleplay, et donc l’écriture de textes décrivant vos décisions, vos actions et vos pensées, est indispensable à chaque fois que vous effectuez une action militaire ou diplomatique. Il est facultatif pour vos actions économiques d’importance (la promulgation d’un décret, la création d’une unité unique, la création d’un vassal …), mais relativement conseillé. En effet, ce Roleplay accroitra l’expérience de votre héros et renforcera donc sa puissance. Autant le faire donc !

En revanche, s’il reste facultatif lors de la décision de construire un bâtiment ou de lancer une recherche, il ne rapporte pas de points d’expérience dans ce cas-là (parce que faudrait quand même pas pousser mémé dans les orties, surtout si elle est en short).
Le Secret et le metagame
Thrones of Tanardan est avant tout un RP. Pas un Wargame. Il en résulte une information essentielle : il ne comprend pas de parties secrètes, mais toutes vos décisions doivent être jouées.

Par exemple si Tris Mérigold, notre magicienne, décide de faire se mouvoir ses troupes afin de tendre une embuscade aux armées de Kadhgar Ri Morgoth, le guerrier Andal, elle doit écrire un RP dans le topic de mouvement de guerre, pour indiquer les déplacements de ses troupes. Du coup, le joueur de Khadgar est au courant de cette embuscade, mais Khadgar lui-même ne l’est pas. Comment régler cette situation alors ? Et bien de trois choses l’une :
  • Soit Khadgar est beau joueur, et il y fonce tout droit. Et Tris et Khadgar livrent alors leur bataille dans la bonne humeur.
  • Soit Khadgar n’est pas un mauvais bougre, mais ça l’embête un peu de foncer dans un mur. Il estime outre qu’il y a suffisamment de failles dans le post RP de Tris pour que son personnage puisse se douter que quelque chose ne va pas. Il demande alors au MJ son interprétation. Si le MJ rejoint la position de Khadgar, il demandera à ce dernier un jet de caractéristiques pour voir si son personnage décèle le piège. En cas de réussite, Khadgar décèle qu’un truc se passe de travers, et il est autorisé à chercher un moyen d’éviter l’embuscade, ou de s’y précipiter, mais en restant sur ses gardes. En cas d’échec, Khadgar ne se doute de rien, et il est obligé de se précipiter dans l’embuscade et de la subir de plein fouet. Si le MJ n’est pas d’accord avec Khadgar et considère que l’embuscade de Tris est bien préparée (ce cas est rare, il faudrait quand même avoir prévu beaucoup de choses. La plupart du temps, le MJ demandera un jet de compétence, et y appliquera des malus en fonction de la qualité de la préparation de Tris). Et Khadgar est obligé de s’y précipiter.
  • Soit Khadgar est un tricheur, et il change brutalement ses plans pour éviter l’embuscade. Dans ce cas, le MJ déclarera Khadgar comme Metagameur (C’est-à-dire que Khadgar a utilisé dans son RP une information qu’il n’était pas sensé connaitre) et lui enverra un ultimatum : Khadgar se reporte aux deux choix précédents, ou bien il sera sanctionné. De toute manière, Khadgar ayant tenté de tricher, il subira de petits malus sur ses éventuels tests de compétence.
Les sanctions applicables pour metagame sont généralement un retour de bâton du metagame effectué. Par exemple, dans le cas précédent, si Khadgar se livre à du metagame, le MJ pourra décider que Tris parvient à établir son embuscade in-extrémis, mais qu’en plus, elle trouve un endroit particulièrement intéressant pour la faire, et Khadgar se trouvera dans une position tellement déplorable que remporter une victoire contre elle relèverait du miracle.

Alors de manière générale, personne n’est heureux à la fin d’une résolution de metagame. Le metagameur estime toujours qu’il n’a rien fait de mal, et qu’il était dans son bon droit. Le MJ est emmerdé parce qu’il a dû s’engueuler avec un joueur. Et la victime du metagame est en colère parce que le metagameur a brisé une relation de confiance qu’elle avait bâti. Quant aux autres joueurs, ils sont saoulés par la mauvaise ambiance que cette résolution de métagame a installée sur le forum pour une ou deux semaines.

La meilleure des solutions, face au metagame, est donc de rester de bonne foi, et puis aussi, d’être volontairement un peu con (dans le sens manquer d’intelligence). Dans le cas précédent, Khadgar pourrait ainsi considérer que l’embuscade est évidente, parce que Tris l’a mal préparée (et imaginons que ce soit effectivement le cas). Mais le beau jeu, c’est de l’accepter, et de s’y précipiter. Même pas de demander un jet de dés. Khadgar pourra alors se dire que cette bataille sera très fun et présente un défi à sa mesure, ou encore, s’il sait qu’il n’a aucune chance de s’en tirer, que cette bataille constituera peut-être un épisode important de la vie de son héros, qui l’amènera à vouer une haine coriace aux humains.

Inversement : Tris considère que son personnage a très bien préparer l’embuscade, qu’elle est inviolable, et qu’elle va forcément marcher. Mais sur le chat, Khadgar lui explique qu’il a repéré une faille dans son raisonnement, et l’utiliser pour demander un jet de dé au MJ, d’autant que son personnage est un peu faible en intrigue, et qu’il aurait bien besoin des points d’expérience d’intrigue associée à ce jet. Le beau jeu, pour Tris, est de l’accepter.

De manière générale, un excellent moyen d’éviter les conflits de metagame est de toujours considérer que l’autre est de bonne foi, et donc, d’accepter le risque d’être une bonne poire. Rangez votre ego. On est là pour s’amuser, pas pour montrer qu’on est les meilleurs.
avatar
Héphaistos
Admin

Messages : 1173
Date d'inscription : 07/02/2012
Age : 27
Localisation : Standing here

Voir le profil de l'utilisateur http://ad1500.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum