Le Royaume d'Averlorn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Royaume d'Averlorn

Message  Royaume d'Averlorn le Dim 5 Fév - 16:50

Le Royaume d’Averlorn
La Flamme Éternelle de l'Unique nous protège!

Aurënfaïes (Aurënen)


  • Alignement : Loyal bon
  • Traits raciaux : Faible natalité, Dieutouchés
  • Espérance de vie : 1000 ans (45 points)
  • Description Physique : Même si, les Aurënfaïes ou plus communément connu sous le nom de Haut-Elfe, sont tous semblable en apparence, tel les humains, ils démontrent une variété physique découlant de leur histoire et de leur habitat géographique. Ceux qui fondèrent le Royaume d’Averlorn, en Aurënen, sont généralement assez typique de l’idée que se fait la plupart des autres races sur les faïes, de grande taille (plus de 2 mètres), svelte et très bien proportionné, tous possédant une peau blanche. L'essentiel de la population a des cheveux noirs, argentés ou blancs clairs, ne découlant pas de leur longue longévité, mais beaucoup plus de leur beauté, tendant par ailleurs à augmenter l’aura de mystère. Découlant de leur usage de la magie quotidiennement, ou un aléa du touché que leur a offert les dieux, les Faïes d’Averlorn ont tous, sans exception, les yeux violets, rajoutant encore plus à l’aura qui les entoures. Le surnom de ‘’Beau Peuple’’ est souvent donné par les autres races humanoïdes, aux Faïes et selon toute vraisemblance, avec raison, la grâce innée et la fragilité apparente des Hauts-Elfes d’Averlorn, doubler de leur beauté, tende à cacher que ceux-ci peuvent être des maîtres dans les arts de la guerre, aussi bien qu’en magie. Là où la force leur manque, l’agilité et la vitesse la supplante en tout point, ajouter à cela des décennies de pratique assidu pour la plupart de ceux-ci.




Le Royaume d’Averlorn


  • Nom : Royaume d’Averlorn
  • Fonctionnement politique : Royaume
  • Armoiries :


  • Couleurs : Bleu Azur et Blanc
  • Province d’origine : Trois choix en Aurënen
  • Histoire : Le Cataclysme fut un déchirement pour les Aurënfaïes, lier telle qu’ils étaient avec la nature du monde, la terre mère, mais aussi, infiniment lier à la magie, les mondes éthérés, ils vécurent doublement la douleur, la douleur des millions de morts physiques, mais aussi, la douleur et la puissance qui s’est transmis depuis l’éther. Comme toute les autres races, celle des Aurënfaïes fut balayer, tel une mauvaise herbe, par le vent du Cataclysme, les magnifiques cités s’effondrèrent et les connaissances accumuler disparurent, tous se retrouvèrent à un âge de pierre ou la simple idée de survie prédominait. Les Faïes devaient néanmoins recevoir une malédiction de plus, celle de se souvenir, ayant une longévité exceptionnellement longue et étant profondément lier à la magie, les Haut-Elfes étaient condamné à se souvenir du Cataclysme, de la douleur et la peine engendrer et de ce qui fut l’avant Cataclysme.

    Se trouvait, parmi les survivants des Aurënfaïes, un groupe de guerrier magicien, accompagner de leur famille, peu nombreux, sans ressource, ils étaient les restes d’un glorieux passé, des proches d’Arendil, qui possédait tous un grand talent dans le contrôle des Arcanes de la magie, mais aussi, de talentueux guerrier, mais tout leur savoir ne leur servait plus à rien face à la destruction de Tanardan. Ils n’étaient désormais pas mieux que leur voisin, mais un trait distinctif s’était former, peut-être dû à leur utilisation de la magie, ou à leur proximité du plan éthéré, tous, sans exception, avait désormais reçu des yeux violets et leur chevelure tendait plus souvent vers l’argent ou le blanc, leur donnant l’allure de spectre. Parmi ce qui restait des leurs, soit les autres Aurënfaïes, ils furent tolérés, mais leur présence était clairement peu appréciée, ils s’établirent donc seul, retirer, formant leur propre village et entretenant que de rare rapprochement.

    Aussi peu nombreux étaient-ils, leur débrouillardise leur permis de survivre et se développer, des membres de la communauté se fessait souvent engager par d’autre village alentour, dû à leur affinité pour le combat et la magie, qui pouvait grandement venir en aide pour plusieurs actions du quotidien. Si la majorité des autres Haut-Elfes vivant avaient toujours une affinité avec le plan Éthéré, peu avait encore les connaissances pour s’en servir efficacement ou s’en souciait, la survie était devenue le maitre mot, même pour le ‘’Beau-Peuple’’.

    Ce fut à cette époque qu’un vieux mage aux yeux violets, Bel Shanaar, qui fessait office de chef pour ceux-ci, découvrit un important point qui allait changer la vision d’eux-mêmes, vivant en paria, ayant des connaissances que peu avaient, les Aurënfaïes aux yeux violets en était venue à croire qu’ils étaient les derniers représentant d’un passé qui auraient dû s’éteindre, que leur présence en ce monde d’après Cataclysme n’aurait jamais dû avoir lieu et que leur devoir était de disparaitre. Certain disparaissait pour ne plus revenir, parfois leur corps étaient retrouvé, ayant préféré se donner la mort, la natalité était des plus faibles et s’étaient justement le sujet d’étude de Bel Shanaar, il se refusait à croire que son peuple était une erreur de la nature, et il avait préféré se concentrer sur ce qui fessait la disparité de ceux-ci, les yeux violets. L’étude lui avait démontré que cette couleur était reliée à une très grande affinité avec le monde Éthéré, et donc, à l’utilisation de la magie, tous, sans exception, si  les Aurënfaïes se disaient en majorité Dieutouchés, ayant été béni par le toucher de l’Unique et leur permettant une affinité avec la magie, l’affinité des yeux violets étaient plus grande encore, inné dès le plus jeune âge et sans contrevenir au choix de la personne, que ce soit les fermiers ou les guerriers, tous avaient cette grande affinité et tous développait celle-ci suivant leur choix de vie. Si ce sujet d’étude était des plus captivant, celui-ci n’allait pas changer le déclin de leur présence en ce monde, sa deuxième constatation fut faite avec l’aide de sa femme bien aimé, celle-ci s’était concentré vers l’art de la guérison, l’un de ses plus importants devoirs étant la mise au monde des jeunes Aurënfaïes. Et celle-ci avait fait, après des centaines de naissance, une constations qui allait changer le destin tragique de son peuple, lorsque qu’un membre d’un couple avait les yeux violets, qu’il soit mâle ou femelle, l’enfant qui en découlait avait systématiquement les yeux violets et l’affinité magique y découlant. Les gênes qui donnait cette apparence et l’affinité était donc, systématiquement, dominant au détriment de l’autre donneur, permettant du même coup d’éviter une trop grande consanguinité.

    Ce constat fut un changement dans la mentalité de ce peuple, comment pouvaient-ils être une erreur de la nature, s’ils assimilaient aussi facilement les autres Aurënfaïes? Ils n’étaient plus des parias, les vestiges d’un passé révolu, ils étaient l’avenir de leur race, les vrais Haut-Elfes et les descendant d’Arendil, la Flamme Éternelle. Ils migrèrent tous, enfin de trouver de meilleure terre pour un peuple qui allait désormais s’épanouir, et non, se cacher des leurs. Leur soudain changement de mentalité et la disparition des membres de la race aux yeux violets qui peuplait normalement les autres villages en inquiétèrent plus d’un, bousculer l’ordre des choses établi ne signifiait pas toujours avoir le soutient et la sympathie des autres…

    L’idée d’une destinée manifeste, lié au Dieutouché germa donc, attirant la méfiance de certain, voir la haine, mais aussi, le support d’autre, des Aurënfaïes rejoignirent la marche, dans ce climat de joie et de bonne entente, des couples se formèrent, des enfants allaient naitre et un peuple allait se former et s’unir sous une même bannière. Ce fut un signe de l’Unique qui montra enfin leur place à la longue caravane, sous un ciel Azur, une étoile bleue brilla en plein jour, l’emplacement fut choisi et ils s’installèrent, formant un premier village. À la suite de ce signe, ils décidèrent de prendre comme emblème, la fameuse étoile bleue et le surnom d’Azurans pour se désigner commença à se répandre, ils se considéraient toujours comme des Aurënfaïes, mais ayant leur propre chemin dans ce monde.

    La femme de Bel Shanaar mourut peu après avoir mis au monde une nouvelle génération, déjà, un Royaume se formait déjà, le Royaume d’Averlorn voyait le jour, des Aurënfaïes rejoignaient cette nouvelle nation, mais surtout, ce nouvel espoir donner à leur race et il fut décidé que la femme de Bel Shanaar soit la première Grande Prêtresse de la Déesse, sa fille fut désignée pour lui succéder. Le Royaume avait en effet décider de suivre une dualité de culte, autant L’Unique et les Quatre que la Déesse était important pour les Azurans, la Grande Prêtresse se succéderait selon Mère/Fille Ainée. Lorsque Bel Shanaar senti sa vie sur le point de le quitter, il s’isola des autres enfin d’en appeler à l’Unique, quand il revint, se fut pour nommer le prochain roi, tout le peuple du Royaume d’Averlorn, qui regroupait désormais plusieurs villages et le village fortifié d’Averlorn lui-même, vota pour celui qu’ils croyaient le plus apte à devenir le prochain Roi, Aenarion fut choisi. Un jeune Aurënfaïes, née après le Cataclysme, mais qui avait démontré sa valeur et surtout, son âme pure, il avait égayé les derniers jours du vieil homme qu’était Bel Shanaar à la suite de la mort de sa bien aimé, démontrant à la fois un courage et un cœur pur. Dans son dernier souffle, Bel Shanaar donna vie à une magie que personne ne connaissait, créant en un emplacement précis, une colonne de Flamme Bleu Azur, ses instructions étant que le Roi désigné par le vote devait traverser la flamme enfin de recevoir la bénédiction de l’Unique et ainsi devenir le Roi Phénix, il en ressortirait indem, si la bénédiction n’était pas accordée, il en ressortait agonisant, gravement brûlé et fou. Aenarion suivi les instructions, ayant un temps de doute juste avant les flammes, mais y entra pour en ressortir sans brûlure aucune, le Royaume d’Averlorn avait son premier Roi Phénix.

    En cette époque troublé, Aenarion allait désormais avoir la lourde tâche de guider son peuple vers sa destinée, un chemin semé d’embuche su il en est et très certainement, se trouvant à la limite de l’ombre et la lumière, mais l’Unique veillait sur eux!



Aenarion d’Assuryan, Roi Phénix d’Averlorn


  • Nom : Aenarion d’Assuryan
  • Âge : 94 ans
  • Description physique : Aenarion est un jeune Aurënfaïes, selon leur standard d’âge, ayant seulement 94 ans, mais selon les standards Faïes, il en impose déjà, plus grand que la moyenne, 2,5 mètres, et beaucoup plus musculeux que ses sveltes frères et sœurs. Son entrainement martial particulier, combattant de toute les façons, plus particulièrement à la lance, son arme de prédilection, à l’épée et la dague, mais aussi, les fameux arcs Faïes depuis plusieurs décennies, mais comme tout elfe, continuera à s’entrainer jusqu’à atteindre la perfection physique et martial.

    Blanc de peau, cheveux argenté et de profond yeux violets, il possède le visage longiligne et au trait à la fois hautain et sage de son peuple, pommette haute, long nez étroit, il incarne réellement la beauté que cherche les femmes chez un homme.

  • Personnalité : D’une nature plutôt calme, Aenarion pourrait facilement passer pour un érudit ou un simple scribe, préférant largement passer son temps à apprendre, il à trouver, en Bel Shanaar, un mentor et un frère de lecture, tous deux passaient beaucoup de temps dans la bibliothèque du vieil Faïes sans parler, se complétant dans la lecture commune. Jovial, sans être complètement timide, il est plutôt du genre à passer inaperçu dans une salle, dû à sa personnalité qui temps à rester dans l’ombre des autres, tournant les conversations ou ils participent comme il veut sans jamais avoir le déçu sur qui que ce soit et laissant les autres continuer, telle une rivière. Plusieurs le comparent par ailleurs à l’océan, pouvant être calme en foison, érodant tranquillement les rochers, mais changeant très vite d’attitude pour aucune réelle raison et pouvant engendrer les pires tempêtes.

    Aenarion a, effectivement, un côté changeant et une forte contradiction dans sa personnalité, autant peu ton le trouver en train de lire sous un Saule, laissant le vent jouer dans les feuilles toute l’après-midi. Le matin, il se trouve sur le terrain d’entrainement, déployant toute son énergie et ses talents martiaux à tous les arts possibles, car oui, la curiosité prône à l’intérieur de sa personnalité, cherchant toujours en apprendre plus. Sa personnalité énergique et calme à la fois, le pousse toujours plus loin, se sachant désiré, il n’hésite pas, par ailleurs, à accumuler les conquêtes sans réellement s’engager, d’une nature volage, il n’hésite néanmoins pas à tester toute sorte de chose, autant en amour qu’en d’autre activité.

    Difficile à cerner, ses talents multiples lui ont permis d’avoir la confiance de ses pairs.


  • Histoire : Nous pourrions très probablement dire qu’Aenarion a connu une enfance heureuse et normal pour un Faïes, mais même si certain fait se rapproche de la normalité, la vie de celui-ci n’a rien à voir avec les standards d’un enfant. Il fut découvert par un Guerrier Fantôme Azuran, ses Faïes avaient comme charge de surveiller les frontières du domaine des yeux violets, reconnut pour n’être jamais vue, mais revenons-en au jeune poupon dans sa lingerie, encore très jeune, quelque mois après sa naissance, ayant comme seul protection, une vieille tunique grise, laisser, au beau milieu d’une contré boisé et sans trace à suivre. Un véritable mystère s’il en est, qui pouvait égayer une longue vie comme celle du Guerrier, mais fautes d’indices et avec un marmot dans les bras, la logique voulait qu’il s’en occupe, l’Azurans ramena donc l’enfant au village et le déposa au pied de la seule personne qui pourrait probablement sans occuper, la bien aimé de Bel Shanaar. Sous les instances du mage, le Guerrier reparti avec un groupe enfin de trouver des indices, mais encore à ce jour, les raisons de la présence du jeune Aenarion à cet endroit précis reste inconnue, l’enfant était clairement Azuran, ses yeux violets le trahissait, mais puisque toute les grossesses étaient répertoriées et suivies par l’âme de sœur de Bel Shanaar, le poupon restait un mystère entier.

    L’enfant fut adopté par un couple, qui malgré plusieurs tentatives, n’arrivaient pas à procréer, Bel Shanaar insista néanmoins pour devenir l’Oncle ou du moins, le futur précepteur de l’enfant, se mystère l’intriguait et lui changeait les idées sur le futur de son peuple. Ainsi, même si son début de vie fut des plus étrange, Aenarion connu néanmoins une vie magnifique, choyer par ses parents adoptifs et un Oncle qui en était venue à le considérer comme un brillant élève.

    Les multiples talents du jeunes Faïes se dévoilèrent très vite, extrêmement actif, il semblait incapable de tenir en place et peu d’épreuve ou d’étude lui résistait longtemps, plus il grandissait, plus les doutes de Bel Shanaar grandissait. Déjà adolescent, Aenarion était plus grand et plus robuste que ses confrères, plus colérique aussi, même si, en apparence, il restait calme, le vieux mage, lui, voyait le regard de l’adolescent changer lorsqu’il s’entrainait au combat, Aenarion semblait réellement avoir une soif de sang et une colère enfoui. Les sentiments furent révélés lors d’un tournoi amical, lors d’un combat fort long, une botte maladroite, dû à la fatigue, fit trébucher les deux Guerriers, le jeune Faïes reçu au visage le poing de son adversaire, le sonnant sur le coup, mais réveillant une soif de sang vengeresse, quatre de ses compatriotes furent nécessaire pour le maintenir au sol, alors qu’il tentait de tuer son adversaire. Bel Shanaar l’endormi et le fit reconduire dans son atelier, à la suite de cet accident, plusieurs rumeurs virent le jour, la plus répandue concernait ses véritables parents, si l’un deux étaient clairement un Aurënfaïe aux yeux violets, l’autre ne pouvait qu’être un Tirisfaïes, un Elfe Gris, réputé pour être mieux bâties et ayant un indéniable talent martial, fessant d’Aenarion, une sorte d’hybride entre deux cousins éloignés.

    Bel Shanaar ne fit pas taire les rumeurs, car lui-même commençait de plus en plus à y croire, mais il décida de prendre le jeune Aenarion comme apprentie, il souhaitait connaitre si les talents certains qu’il démontrait touchais d’autre domaine de connaissance. Aenarion y apprit la patience, les heures passées à méditer avec son Maitre ou les tâches répétitives et monotones que lui donna le vieux Mage le forgea, même s’il ne comprenait pas toujours ou voulait en venir son maitre, Aenarion savait qu’il y avait une leçon à en tirer. Des années passèrent ainsi, jusqu’à ce que l’épouse de Bel Shanaar passe de vie à trépas, le vieux mage fut durement toucher, et le gout à la vie le quittait chaque jour un peu plus, Aenarion comprit que s’était maintenant à son tour de devenir le Maitre et d’accompagner le vieux mage. Même si le vieillard ne retrouva jamais véritablement son gout de vivre, Aenarion plaça un point d’honneur à l’accompagner, jusqu’au moment où Bel Shanaar décréta qu’il était venu au terme de sa vie. Selon ses instructions, un vote désigna un prince, qui deviendrait le prochain souverain, un Roi, les Faïes désignèrent Aenarion, qui en fut, pour le moins, décontenancé, par cette preuve de confiance de ceux-ci. Le vieillard utilisa pour la dernière fois l’Éther, sacrifiant ce qui lui restait d’énergie enfin de créé la flamme, qui, il croyait, était une manifestation de l’Unique.

    Nul ne sait ce qu’Aenarion à vue ou entendu en traversant les flammes, et jamais il n’en a parlé, peut-être sur son lit de mort, mais il avait bel et bien traversé les flammes bleues, il venait de vivre sa seconde naissance, par le feu et le Roi Phénix il était désormais, avec la destinée de son peuple entre ses mains et un Royaume. Mais qui pouvait réellement dire ce que cela présageait pour l’avenir de Tanardan?

  • Caractéristiques :

    • Diplomatie : 6
    • Martial : 10
    • Intrigue : 6
    • Érudition : 8
    • Intendance : 15




Dernière édition par Royaume d'Averlorn le Dim 26 Fév - 20:22, édité 5 fois
avatar
Royaume d'Averlorn

Messages : 63
Date d'inscription : 08/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Royaume d'Averlorn

Message  Héphaistos le Lun 6 Fév - 20:13

Salut à toi, et Bienvenue sur Thrones of Tanardan.

Voici tes trois jets de province en Aurënen

Côte d'Aurënen Septentrionale :
La province de la côte d'Aurënen Septentrionale, numéro 59, qui a été attribuée au Royaume d'Averlorn abrite déjà une population d'autochtones Aurënfaïes d'alignement Neutre Bon (leur attitude à votre égard est donc Amicale (-20% de taille de province)), ainsi que diverses ressources naturelles d'intérêt : Céréales et Cotons. .

La province, compte tenu de son terrain et de ses autochtones mesure 16 cases (20 de base).

Y est installé, en votre possession :
Un château (8 cases), 4 fermes, 1 Scierie, 1 carrière et 1 mine (il reste donc huit cases disponibles à la construction sur la province).

Vos ressources de départ se chiffrent à : 10 O, 20 B, 5 P, 5 M.
Côte d'Aurënen Méridionale :
La province de la côte d'Aurënen Méridionale, numéro 61, qui a été attribuée au Royaume d'Averlorn abrite déjà une population d'autochtones Aurënfaïes d'alignement Loyal Bon (leur attitude à votre égard est donc Alliée (-10% de taille de province)), ainsi que diverses ressources naturelles d'intérêt : Gibier, Chevaux, Vin, Or et Perles. .

La province, compte tenu de son terrain et de ses autochtones mesure 22 cases (25 de base).

Y est installé, en votre possession :
Un château (8 cases), 4 fermes, 1 Scierie, 1 carrière et 1 mine (il reste donc quatorze cases disponibles à la construction sur la province).

Vos ressources de départ se chiffrent à : 10 O, 20 B, 5 P, 5 M.
Aurënen méridionale :
La province d'Aurënen méridionale, numéro 58, qui a été attribuée au Royaume d'Averlorn abrite déjà une population d'autochtones Aurënfaïes d'alignement Chaotique Bon (leur attitude à votre égard est donc Neutre (-40% de taille de province)), ainsi qu'une seule ressources naturelle d'intérêt : Bétail.

La province, compte tenu de son terrain et de ses autochtones mesure 12 cases (20 de base).

Y est installé, en votre possession :
Un château (8 cases), 4 fermes, 1 Scierie, 1 carrière et 1 mine (il reste donc quatre cases disponibles à la construction sur la province).

Vos ressources de départ se chiffrent à : 10 O, 20 B, 5 P, 5 M.
Je pense que ton choix est obvious ...
avatar
Héphaistos
Admin

Messages : 1173
Date d'inscription : 07/02/2012
Age : 27
Localisation : Standing here

Voir le profil de l'utilisateur http://ad1500.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Royaume d'Averlorn

Message  Royaume d'Averlorn le Mar 7 Fév - 2:52

Ma fiche est terminé, il ne reste que les unités militaires spécifiques qui peuvent être fait un peu plus tard, si j'ai bien compris.


En se qui attrait au choix de la province, le Royaume d'Averlorn va s'établir sur la Côte d'Aurënen Méridionale, numéro 61 sur la carte.
avatar
Royaume d'Averlorn

Messages : 63
Date d'inscription : 08/02/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Royaume d'Averlorn

Message  Héphaistos le Mar 7 Fév - 7:28

Fiche Validée
avatar
Héphaistos
Admin

Messages : 1173
Date d'inscription : 07/02/2012
Age : 27
Localisation : Standing here

Voir le profil de l'utilisateur http://ad1500.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le Royaume d'Averlorn

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum