[Exemple] Duché d'Aumont [v]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Exemple] Duché d'Aumont [v]

Message  Duché d'Aumont le Sam 4 Fév - 22:40

Le Duché d'Aumont
Viam Sternere !

Les Humains (Ouestreness)

  • Alignement : Neutre bon
  • Traits raciaux : Polyvalent (+5% à la production de toutes les ressources, plus la science).
  • Espérance de vie : 60 ans (60 points)
  • Description Physique : Les humains sont aussi variés dans leur apparence qu'ils peuvent l'être dans les forme que renferment leurs gouvernement. Ceux qui fondèrent le Duché d'Aumont, en Ouestreness, sont généralement d'assez grande taille, bien bâtis, et à la peau très blanche. L'essentiel de la population a des cheveux roux, blonds ou chatains clairs, et ils rappellent pour beaucoup, leurs lointains ancêtres Andals. Cette ressemblance physique a amener les Aumontois à penser qu'ils en sont les héritiers parmi la race humaine, et donc qu'ils ont une certaine destinée manifeste. Ainsi, les humains qui vivent dans le duché d'Aumont ont-ils le port altier, l'allure fière et le menton pointé vers l'avant et l'avenir. Comme les Andals, dont ils essaient d'imiter les mœurs, ce sont des aventuriers et des explorateurs, et de fiers marins, mais aussi de bons éleveurs et agriculteurs. Il en résulte une carrure bien bâtie et une attitude solide et farouche.
Le Duché d'Aumont

  • Nom : Duché d'Aumont
  • Fonctionnement politique : Royaume (Duché dans le cas actuel).
  • Armoiries :


  • Couleurs : Rouge et Blanc
  • Province d’origine : Province numéro 7 : Ouestreness Orientale aussi connu sous le nom de "Collines d'Aumont". La province abritte des tribus d'Autochtones humains d'alignement Chaotique neutre. Les Aumontois les appellent les "Sauvageons".
  • Histoire : On sait bien peu de choses sur la manière dont les habitants d'Ouestreness Orientale survécurent au cataclysme, sinon que la société en fut résolument ravagée. Les anciennes communautés d'importances qui se trouvaient en cet endroit furent dispersées aux quatre vents et durent affronter une période sombre ou les petites communautés isolées, villages et castels se livrèrent à une guerre de tout les instants pour le contrôle de quelques ressources et le partage des vallées forestières battues par les vents.

    Parmi ces groupes et clans de sauvageons se trouvait un clan, dirigé par une lointaine famille d'hommes et de femmes à l'esprit clair, au bras sûr et à la langue bien pendue : la maison des Hauts. Elle était nommée ainsi parmi les habitants des vallons environnant car elle avait construit les trois villages qui répondait à son contrôle sur des collines relativement élevée, qui dominaient toutes les vallées environnantes. La maison des Hauts se développa donc d'abord discrètement et tranquillement, et devint bientôt, une famille dont les élevages de moutons et de laine étaient réputés, et productifs, leur offrant un certain contrôle sur le commerce avec les tribus des environs. Les Hauts s'enrichirent donc, et avec les fonds et les ressources obtenus du troc avec leurs voisins, agrandirent le bastion et le village qui se trouvait sur la plus haute colline des environs. Ce dernier devînt une petite forteresse et un petit centre de commerce, et il ne manqua pas d'impressionner les autres nobles de la vallée qui se placèrent rapidement sous sa protection. Le village changea de nom, pour devenir le Haut-Mont : la montagne la plus haute de la vallée.

    Avec le temps, Haut-Mont étendit son influence et son pouvoir aux vals environnants. Principalement par le biais d'alliances matrimoniales et de mariages, et quasiment jamais en tirant l'épée. Son nom évolua aussi, et on abandonna bientôt le tiret, et le H pour fusionner le nom en Aumont. Les seigneurs de l'endroit changèrent également leurs noms en prenant pour nom de famille le lieu de leur forteresse : Aumont. Ainsi naquit la maison d'Aumont.

    Mais elle n'était encore qu'une petite maison d'éleveurs de chèvres et de cultivateurs dans les hauteurs de l'Ouestreness Orientale. Il fallut une guerre pour que son étendard se dresse, et pour qu'Aumont devienne un nom craint et réputé dans l'Ouestreness Orientale. Ainsi, la maison d'Aumont était devenu assez puissante pour être organisée en une petite principauté, qui risquait fort de devenir la puissance dominante dans la région. Aussi, pour que cela n'arrive jamais, plusieurs chefs de clans humains des vallées voisines liguèrent ensemble leurs bannières et rassemblèrent une "grande" armée (environ huit cent hommes), pour marcher contre la motte castrale d'Aumont. Lorsqu'ils apprirent cela, les propriétaires de la place s'empressèrent d'appeler à leurs ordres les gens en arme qu'ils avaient à leur disposition. Hélas, ils ne réunissaient, au mieux, que deux cent archers, et une centaine de piétons, contre l'immense force de leurs ennemis. Aussi les défenseurs d'Aumont devraient-ils, normalement, se rassembler à l'abri de leurs remparts et se préparer à tenir un siège. Mais Cnaeus d'Aumont, leur seigneur, n'en fit rien.

    Il rassembla ses troupes pour une sortie et marcha contre l'armée d'invasion, levant sa bannière et claironnant en fanfare pour aller les affronter sur le champs de bataille. Pour montrer à ses hommes sa détermination à combattre, il positionna son armée dos à une rivière, afin qu'elle n'ait aucune retraite possible. Ce serait la victoire ou la mort. Et ce fut une victoire. Surprise, mais une victoire quand même. Les Aumontois tinrent leurs lignes de défense, et utilisèrent à leur avantage leur meilleur équipement et leur connaissance du terrain pour affronter leurs ennemis alors qu'ils étaient en perpétuelle situation avantageuse. Au terme de la bataille, cent quatre vingt aumontois gisaient sur le champ de bataille, pour quatre cent dix ennemis. Le reste de leurs adversaires se débandaient et fuyaient dans les bois. La guerre était pourtant loin d'être terminée. Une fois leurs armées réunies, les envahisseurs seraient toujours en mesure d'assiéger Aumont. Aussi, Cnaeus décida de les surprendre.

    Une fois encore, la logique aurait voulu qu'il se replie pour panser ses plaies, mais il n'en fit rien. Rassemblant la centaine d'hommes qu'il lui restait il acheta des chevaux lestes et rapides, et mena ses troupes à travers champs, profitant de la réorganisation de ses rivaux pour piquer à travers les collines et aller piller leurs principaux villages, tout en poursuivant hardiment les déserteurs qu'il croisait sur son chemin. Ainsi, lorsque l'ennemi se fut regroupé, son moral était au plus bas, son ravitaillement faible et le siège d'Aumont s'annonçait bien plus difficile qu'à l'origine. Piquant des deux, Cnaeus d'Aumont retourna en sa forteresse et s'y enferma, ses greniers désormais abondamment rempli par le fruit d'une semaine de pillage.

    Il ne provoqua pas, il ne combattit pas. Il se contenta d'attendre que son adversaire s'épuise en un siège interminable. Puis, lorsqu'il estima leur force au plus mal, se contenta d'une seule sortie pour aller détruire leurs réserves de flèches et de nourriture. Suite à quoi il offrit à ses ennemis la paix : en échange de leur allégeance à sa personne, il les épargnerai, et ne leur prendra que quelques villages en dédommagement de guerre. Les ennemis acceptèrent, et Cnaeus d'Aumont, à la fin de sa vie, céda ainsi à sa fille Liana, un véritable Duché. Le Duché d'Aumont.
Liana Isabelle Sarah, Brisbach Hersbourg de la Maison d'Aumont

  • Nom : Liana Ière d'Aumont
  • Âge : 14 ans
  • Description physique : Liana n'est plus une enfant, mais ce n'est pas encore une adulte non plus. Son père, Cnaeus d'Aumont l'Unificateur est toutefois mort avant sa pleine majorité. Et c'est pourquoi, à présent âgée de quatorze ans, sa jeune fille doit régner. Cette dernière est une belle jeune fille aux long cheveux auburn, qu'elle a pour coutume de nouer en une longue natte dans son dos. Les rudes travaux des champs, auxquels même les nobles de son clan ne peuvent encore échapper, lui ont donné des mains caleuses et une musculature plutôt solide, ce qui est incontestablement un atout pour elle, puisque comme toute les jeunes filles, et tout les jeunes hommes de la vallée, elle a également été entraînée au combat à l'arc et à l'épée.

    Elle porte d'ailleurs fièrement sa dignité de guerrière en revêtant autant que possible la broigne de cuir des soldats sur ses épaules, et en brandissant une lance ou une épée à son côté. Elle couvre généralement cette armure légère d'un surcôt aux armes de sa famille : D'argent tranché de gueule, un Aigle de sable, armé d'or et lampassé de gueule au canton dextre du chef. Enfin, son casque est un simple heaume à nasal de fer, pourvu d'une visière non amovible qui lui entoure les deux yeux.

    Son visage, s'il n'est pas encore celui d'une femme, n'est plus non plus celui d'une enfant. Deux prunelles vertes pétillants d'intelligence et de malice brûlent au fond de ses yeux, et deux fossettes rieuses surplombe ses joues pleines. Son nez droit et aquilin prolonge un front haut et dégarni par ses cheveux, tirés en arrière. Enfin, un petit menton étroit pointe fièrement vers l'avant sous une bouche aux lèvres rouges et pulpeuses.
  • Personnalité : Liana est l'héritière d'une maison qui se veut ancienne et qui a mérité son titre tant par la justesse de son administration que par la manière dont elle s'est battue contre ceux qui la menaçaient. Aussi s'efforce-t-elle de défendre cette réputation avec honneur et respect, bien qu'elle ne cache pas que cela l'effrayasse quelque peu. D'une nature joviale, joueuse, et malicieuse, c'est, dans l'ensemble, une jeune fille heureuse et pleine d'alan, qui fait tourner la tête de bon nombre de ses camarades. Liana le sait parfaitement et en joue pour obtenir d'eux ce qu'elle souhaite (la plupart d'entre eux étant ses vassaux, c'est une bonne idée).

    Intelligente et curieuse, Liana se passionne également pour les étrangers et les histoires qu'ils peuvent raconter et ramener de leurs voyages. Enfin, elle attache une grande importance à l'étude et aux connaissances, et a d'ors et déjà commencé à rassembler les principaux ouvrages de son père en une bibliothèque seigneuriale, tout en faisant copier ceux des autres familles nobles du duché, afin de tous les rassembler en un même endroit.


  • Histoire : La jeunesse de Liana d'Aumont est emblématique de la jeunesse des nobles aumontois. Aussi cela vaut-il la peine de la raconter. Comme toutes les maisons nobles Aumontoises, la maison d'Aumont est avant tout une maison d’éleveur de chèvre. Ce qui fait d'elle une maison noble c'est la taille de son troupeau, l'étendue de ses terres, et la richesse de ses possessions, qui lui permette d'équiper sans difficulté chacun des enfants de sa famille avec une arme et une armure pour partir combattre, et donc de ce fait, d'être reconnu comme chef de leur village.

    En temps qu’éleveurs de chèvres, il faut donc commencer par rappeler que l'enfance de Liana fut, dès son plus jeune âge, marquée par les travaux agricoles : traire les animaux, les nourrir, surveiller le vieillissement du fromage, rentrer le fourrage, surveiller les troupeaux qui paissent dans les hauteurs, autant d'activité que Liana commença à pratiquer avec son père et ses frères et sœurs dès ses cinq ans, et qu'elle poursuivit ensuite, même pendant la période de son exercice militaire. Naturellement, elle le fit avec l'attention dont sont capable les enfants de son âge, c'est à dire bien peu. Mais elle eut la chance d'avoir un père aimant et une mère attentionnée, qui lui offrirent tout l'amour dont ils étaient capable, et lui enseignèrent avec patience tout ce dont ils étaient capables. Ainsi, de toute ces activités, celle que Liana préférait était de loin partir surveiller les chèvres dans la montagne car c'était alors l'occasion de folles escapades à travers les bois, les collines, les rivières et les champs.

    Quand Liana atteignit sept ans toutefois, elle dût se consacrer à d'autres tâches et notamment à celles d'écuyère de son père. Elle se chargea ainsi de l'entretien de ses armes, de son armure et de son cheval, et ajouta aux tâches quotidiennes de la ferme, celle de l'exercice militaire, qui commençait surtout par la pratique du tir à l'arc, ainsi que les cours de tactique. A cela s'ajouta l'apprentissage de la lecture, de l'écriture, ainsi que le calcul. Liana ne toucha ainsi pas à une épée avant ses dix ans. Mais à partir de là, son père embaucha des journaliers pour se livrer aux tâches de la ferme à sa place, et Liana ne lâcha quasiment plus son arme jusqu'à ses quatorze ans, l'âge ou elle devînt une fine bretteuse, et une grande archère.
  • Caractéristiques :
    • Diplomatie : 10
    • Martial : 15
    • Intrigue : 10
    • Erudition : 11
    • Intendance : 14

Les unités militaires

Levées Paysannes Aumontoises :
Entrainement : Levées Paysannes
Equipement : Couteau, Lance, Broigne de cuir, Grand Bouclier ovale
Moral : 240
Effectifs : 240 Hommes
Attaque : +1 (Lance), +0 (Couteau)
Défense : 15
Dégâts : (2D4) x2,4 (Couteau), (2D8) x2,4 (Lance)
Monture : Non
Coût : 10 B / 1,4 O
Description : L'unité de base de l'Armée Aumontoise est une levée de soldats paysans, mobilisés parmi les éleveurs de chèvres et les agriculteurs des villages vassaux.
Entrainement : Levées Paysannes
Equipement : Couteau, arc long, Broigne de cuir
Moral : 240
Effectifs : 240 Hommes
Attaque : +0 (Couteau), +1 (Arcs longs)
Défense : 12
Dégâts : (2D4) x2,4 (Couteau), (2D10) x2,4 (Arcs longs)
Monture : Non
Coût : 4,2 B / 4,2 O
Description : Les troupes d'archers Aumontois, levés parmi les chasseurs et les rôdeurs du Duché. La plupart d'entre eux restent pourtant dépourvus d'entrainement.
avatar
Duché d'Aumont

Messages : 81
Date d'inscription : 19/09/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Exemple] Duché d'Aumont [v]

Message  Héphaistos le Dim 5 Fév - 11:50

L'Ouestreness Orientale :
La province d'Ouestreness Orientale, numéro 7, qui a été attribuée au Duché d'Aumont abrite déjà une population d'autochtones humains d'alignement chaotique neutre (leur attitude à votre égard est donc Neutre (-40% de taille de province)), ainsi que diverses ressources naturelles d'intérêt : du Charbon, de la Laine, des Fourrures, du Marbre et de la Porcelaine.

La province, compte tenu de son terrain et de ses autochtones mesure 9 cases (25 de base).

Y est installé, en votre possession :
Un château (8 cases), 4 fermes, 1 Scierie, 1 carrière et 1 mine (il reste donc une seule case disponible à la construction sur la province).

Vos ressources de départ se chiffrent à : 10 O, 20 B, 5 P, 5 M.
Fiche Validée.
avatar
Héphaistos
Admin

Messages : 1173
Date d'inscription : 07/02/2012
Age : 27
Localisation : Standing here

Voir le profil de l'utilisateur http://ad1500.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum